Sagesse de Saint Benoît (septembre 2019) Mettre en Dieu son espérance

Mettre en Dieu son espérance (RB IV)


Quelques résonances

Dans l'Ecriture 



Pour moi, le bonheur, c’est d’être uni à Dieu, de mettre dans le Seigneur Dieu mon espérance
(Ps 73,28)

Que ton amour, Seigneur, soit sur nous, comme notre espérance est en toi (Ps 32,22)

Les fils des hommes espèrent à l’ombre de tes ailes (Ps 36,8)

Mets en lui ton espérance (Sir 2,6)

Nous avons mis notre espérance dans le Dieu vivant (I Ti 4,10)

Soyez prêts à tout moment à rendre compte de l’espérance qui est en vous (I Pi 3,15)

Soyez joyeux dans l’espérance (Rm 12,12)

Si Dieu est pour nous, qui sera  contre nous ? (Rm 8,31)


La foi est le fondement de l’espérance (Hb 11,1)

Dieu s’est engagé… Cette espérance, nous la tenons comme une ancre sûre et solide (Hb 6,19)


Votre foi et votre espérance sont fondées en Dieu  (I PI 1,21)


Chez les Pères


Le navigateur, quand il craint la tempête, jette son ancre. Nous aussi, si nous avons l’ancre de l’espérance fixée en Dieu, nous ne redouterons aucune tempête de ce monde. (Ruffin d’Aquillée)
« Bien que votre âme soit encore ballottée par le remous des affaires, jetez pourtant dès maintenant l’ancre de votre espérance dans la patrie éternelle ; affermissez l’orientation de votre esprit dans la vraie lumière. »                                                                     (St Grégoire le Grand : Hom, L.II ; 29,11)


« Son ancre est solidement attachée, et cette ancre, c’est son espérance. (…) Le navire qui est à l’ancre flotte certainement, mais il n’est pas lancé loin de la terre ». « Déjà par le désir, nous sommes dans le ciel ; déjà nous avons jeté l’espérance, comme une ancre sur cette terre la » ; « de peur que, battus par la tempête, nous ne fassions naufrage sur la mer de ce monde. De même donc que nous disons avec raison d’un navire à l’ancre, qu’il a déjà pris terre, parce que, s’il est encore sur les flots, il est déjà comme amené à terre, et mis en sûreté contre les vents et les tempêtes ; de même contre les tentations de notre exil, notre espérance qui s’appuie sur cette sainte cité de Jérusalem fait que nous ne sommes pas jetés sur les rochers »        (St Augustin, Comm. Ps 54. 24,28,  Ps 64, 3, 12)



 «Pour moi, il m'est bon de m'attacher au Seigneur ». C'est là le comble des biens. Désires-tu mieux? Je te plains de ton désir. Mes frères, que voulez-vous de plus? Le bien suprême est de nous attacher à Dieu, quand nous le verrons face à face. Et quel est le bien aujourd'hui? Aujourd'hui, que je parle en étranger, «mon bien est de m'attacher à Dieu»; mais comme je ne suis que voyageur, comme je n'ai pas encore atteint le but, «je mets en Dieu mon espérance». Tant que tu n'es pas encore attaché à Dieu, mets en lui ton espoir. Es-tu dans l'agitation? Jette l'ancre sur la terre ferme. Adhère au Seigneur, sinon par la présence, du moins par l'espoir. «Mon bien est de mettre en Dieu mon espérance».  Aimez donc le Seigneur gratuitement, et n'enviez cet amour à personne. Emparez-vous de lui, vous tous qui le pouvez, vous tous qui devez le posséder. Il peut vous suffire, car il ne connaît point de limites; vous le posséderez tous tout entier, il est tout entier à chacun de vous. Que ce soit donc là ton occupation, ô mon frère, dans ton séjour ici-bas, mets ton espoir dans le Seigneur.                                                                   (Saint Augustin, Sermon au peuple, 1. Psaume  73)


Dans l'enseignement de l'Eglise


Du cœur de Jésus mort sur la Croix a jailli la source éternelle de la vie qui donne l’espérance à tout homme.                                    St Jean-Paul II (AG 8/6/94)


La grande espérance : Je suis définitivement aimée et quel que soit ce qui m’arrive, je suis attendue par cet Amour.                                        (Spe Salvi - 3)


De la « substance » de l’espérance des personnes touchées par le Christ a jailli l’espérance  pour d’autres qui vivaient dans les ténèbres et sans espérance.               (Spe Salvi - 8)


La foi est la substance de l’espéra                                 (Spe salvi-10)


La foi chrétienne est-elle pour nous aujourd’hui, ici et maintenant, une espérance qui transforme et soutient notre vie ?                                                                         (Spe Salvi -10)


Il vit, le Christ, notre espérance… Il sera toujours là pour te redonner force et espérance.
 Pape François  (Christus vivit 1-2)