Sagesse de Saint Benoît ( mai-juin 2021) : Désirer la vie éternelle de toute l'ardeur de son âme

 

Désirer la vie éternelle de toute l’ardeur de son âme

 Règle de Saint Benoit 

Chapitre 4 : Quels sont les instruments des bonnes œuvres, au verset 46 : « Désirer la vie éternelle de toute l’ardeur de son âme. »

Prologue : « nous devons courir et agir de façon à ce que cela nous profite pour l’éternité. » (...)prenons par aux souffrance du Christ par la patience afin d’avoir aussi part à son Royaume. »

Chapitre73 : « qui que tu sois qui hâte ta marche vers la patrie céleste, accomplis d’abord avec l’aide de Dieu cette faible ébauche de Règle que nous avons tracé, puis enfin tu parviendras à ces hauteurs sublimes de doctrine et de vertus que nous venons d’indiquer. »

 

Evangile de Saint Jean 17,1-11 :

Levant les yeux au ciel, il dit : « Père, l’heure est venue : glorifie ton Fils afin que celui-ci te glorifie et que selon le pouvoir que tu lui as donné sur toute chair, il donne la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés ! Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. Je t’ai glorifié sur la terre en menant à bonne fin l’œuvre que tu m’as donné de faire. Et maintenant, Père, glorifie-moi auprès de toi de la gloire que j’avais auprès de toi, avant que fût le monde. (...)C’est pour eux que je prie ; je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m’as donné, car ils sont à toi, et tout ce qui est à moi est à toi, et tout ce qui est à toi est à moi, et je suis glorifié en eux. Je ne suis plus dans le monde ; eux sont dans le monde, et moi je viens vers toi.

V24 : Père ceux que tu m’as donné, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, afin qu’ils contemplent ma gloire, que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’as pas connu mais moi je t’ai connu et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaitre ton Nom et je leur ferai connaitre, pour que l’amour que tu m’as aimé soit en eux et moi en eux.


Résonnance chez les Pères

St Augustin (sermon Mai 98, 1-2)        

           Aujourd’hui Notre Seigneur Jésus-Christ monte au ciel ; que notre cœur y monte avec lui. Ecoutons ce que nous dit l’Apôtre : « Vous êtes ressuscités avec le Christ. Recherchez donc les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Recherchez les choses d’en haut et non pas celles de la terre » De même que Lui est monté, mais sans s’éloigner de nous, de même sommes-nous déjà là-haut avec Lui, et pourtant ce qu’il nous a promis ne s’est pas encore réalisé dans notre corps.

           Lui a déjà été élevé au-dessus des cieux ; cependant il souffre sur la terre toutes les peines que nous ressentons, nous ses membres. Il a rendu témoignage à cette vérité lorsqu’il a crié du haut du ciel : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? » Et il avait dit aussi : « J’avais faim, et vous m’avez donné à manger ». Pourquoi ne travaillerions-nous pas, nous aussi, sur la terre, de telle sorte que par la foi, l’espérance, la charité, grâce auxquelles nous nous relions à Lui, nous reposerions déjà maintenant avec Lui, dans le ciel ? Lui, alors qu’il est là-haut, est aussi avec nous ; et nous, alors que nous sommes ici-bas, sommes aussi avec Lui.

 

 Auteurs spirituels

Père Spicq o.p. Extrait du livre : Vie chrétienne et pérégrination selon le Nouveau Testament en la conclusion.

Au ciel, nous contemplerons Dieu face à face ; nous connaîtrons et nous posséderons, la science, la beauté, la bonté, la puissance ; non plus comme ici-bas de façon, indirecte et, fragmentaire, à travers des symboles, sous le voile des ombres (1 Cor 13, 12), mais directement et immédiatement, en Dieu. Nous pénétrerons dans les profondeurs de cette réalité infinie, nous serons lumineusement initiés aux secrets intimes de son être, nous contemplerons cette activité ineffable d'où naît le Verbe, d'où procède l'Amour. Nous partagerons au grand jour la vie, la joie de l'adorable Trinité. Un mot est réservé à ce bonheur insigne : la Béatitude !

Le ciel, on peut se le représenter à la fois comme une fête de lumière, un océan de clarté, puis comme un rassasiement d'amour, une extase suscitée constamment par la rencontre et la possession de l'infinie beauté. Le ciel, ce sera d'abord la joie de la vision ! voir ce qu'il y a de plus beau, de meilleur, de plus séduisant. Ce sera aussi la joie de l'amour, captivés que nous serons par la splendeur divine. Au ciel, l'âme aime, elle aime éperdument. Elle est comme arrachée à elle-même, toute passée en amour.


Magistère de l'Eglise

Benoit XVI :

Le mot ciel n’indique pas un lieu au-dessus des étoiles, mais quelque chose de beaucoup plus fort et plus sublime : il indique le Christ lui-même, la Personne divine qui accueille pleinement et pour toujours l’humanité, celui en qui Dieu et l’homme sont toujours inséparablement unis et nous nous approchons du ciel, ou mieux, nous entrons au ciel, dans la mesure où nous nous approchons de Jésus et entrons en communion avec Lui. (Homélie 241.5.09)

Jésus dit au Père : « je veux que ceux que tu m’as donné soient avec moi » C’est précisément ici dans cette volonté, que nous trouvons le roc, le fondement solide pour croire et espérer. (Paroles,25.5.10)

Voulons-nous vraiment vivre éternellement ? Peut-être aujourd’hui certaines personnes refusent la foi parce que la vie éternelle ne leur semble nullement désirable. (...)Que voulons-nous vraiment ? (...) qu’est-ce que la vie ? et que signifie vraiment éternité ? (...) l’éternité n’est pas une succession continue des jours du calendrier mais quelque chose comme le moment rempli de satisfaction, dans lequel la totalité nous embrasse et dans lequel nous embrassons la totalité (...) une immersion dans la totalité de l’être tandis que nous sommes simplement comblés de joie. Jn16, 22 : « Je vous reverrai et votre cœur se réjouira et votre joie personne ne vous l’enlèvera » (Spe Salvi)